Florence Rougny |

Je ne suis pas photographe, mais participe néanmoins aux chroniques en ligne de Live in Marseille depuis presque 6 ans (chapeauté par Concert & Co au niveau national !). Live in Marseille aborde toute la diversité de l’actualité musicale, concernant Marseille et la région PACA : agenda, chroniques et annonces de concerts, interviews d’artistes en tournée…
Sous le pseudo LOF — afin de garder mon relatif anonymat (Oups !!! J’ai glissé, là, non ?) — j’illustre la prose des chroniqueurs bénévoles du cru, celle de Jacques 2 Chabannes, en particulier.
Cerné par une bonne quarantaine de photographes suréquipés, j’opère, jouant plus de ma sensibilité, qu’avec celle de mon appareil : un « vieux » Canon numérique, sujet de moqueries persistantes de la part de mes collègues de « travail ».
La photo de concert reste un exercice périlleux en soi, certes – beaucoup, beaucoup, moins, depuis l’avènement du numérique et les envols d’ISO… – mais le travail sans flash réalisé dans une (absence de) lumière souvent très aléatoire, fait néanmoins travailler de l’index, les fait chauffer d’astuces sur les molettes.
On a depuis peu tellement pris l’habitude de voir ces photos calibrées, bien lisses, très piquées, nettes partout (devant, dedans) que la vision d’un flou artistique (ou pas) ou d’un grain un peu fort, fait désormais grincer salement les rétines mal dessablées de certain(e)s. Et moi, je dis : « Y’en a marre, quoi, de ce diktat proche de l’eugénisme pur et simple ! ».
Si le numérique avait existé en 1979, la pochette de London Calling n’aurait jamais existée sous sa forme définitive ! Parce que Pennie Smith aurait tout bonnement « poubellé » cette photo « ratée » dans la seconde suivante, au lieu d’échanger avec les membres du Clash et d’accéder à leur demande à propos de son… à propos !

Alors, moi, je vous présente ici une sélection de mes « ratées » préférées, et vous invite en sus à découvrir les artistes derrière les images, parce qu’il s’agit tout même de musique, avant tout.

/ / /  Appel d’offre / novembre 2008 (projets non retenus) : : :  festival de Marseille, danse, musique, théâtre, cinéma, arts visuels  / / /
+ + + + + + + + + + + + + +  Recherche d’une nouvelle appellation  + + + +  Création de l’identité visuelle  + + + +  affiche  + + + +  programme  + + + +  produits dérivés  / / /

À l’occasion de sa saison 2009, le Festival de Marseille avait décidé de repenser l’ensemble de sa communication en s’appuyant sur les propositions motivées d’une dizaine d’agences et graphistes triés sur le volet. Les « appels d’offre » n’étant, une fois de plus, pas rémunérés, la satisfaction d’avoir été choisie, élue, était déjà presque une rétribution en soi. C’était également l’occasion de faire UN PEU travailler des marseillais sur le Festival de Marseille. En considérant que chaque protagoniste aura présenté au moins 3 projets, cela représente quelques 30 propositions au final (loin derrière les 150 graphistes qui auront vainement proposé un logo pour le projet Marseille 2013, avant de voir le concours déclaré « infructueux »).
Un projet a été retenu. Mon travail, bien qu’apprécié, n’a pas eu cette chance, et j’en reste fort déçue…

+ + + + 3 projets autour de la vibration, la multiplication. Un parti pris très contemporain. L’occupation de l’espace (Decaux) comme un cadre, une boite, une scène délimitée dans le mobilier urbain / /

+ + + +  Plus en rapport avec le cahier des charges qui défendait un Festival au plus près de sa ville, de ses habitants. Dans la prolongation des visuels précédents, sardine, oursin et autre produit marin, et en évitant « la bonne mère », il restait le foot. J’opère donc mon modèle  / / /

+ + + +  Le visuel 2008 contenait la silhouette d’un plongeur qui s’élançait, je proposais alors d’en prolonger le mouvement : immersion, masque, tuba (ou Soubassophone : de la famille des tubas, bien évidemment)  / / /

+ + + +  2 propositions de double-pages pour le programme  / / /

+ + + +  Quelque chose qui pourrait ressembler à des pages extraites d’un site internet (« habillées » des visuels que j’avais réalisés pour la conception d’une veste d’artiste aux couleurs de ce même festival, l’année précédente) — à voir dans ARTISTERIES / / /

Les Concerts d'Aix 2003

/ / /  Les Concerts d’Aix & Les Samedis Musicaux : : :  festival de musique lyrique et spectacles musicaux jeune public, Aix-en-Provence  / / / saison 2003/2004 . . . . . . . .
+ + + + + + + + + + + + + +  Création de l’identité visuelle  + + + +  affiche  + + + +  Cart’com  + + + +  programme  / / /
Pour les 10 ans des Concerts, je reprenais le flambeau et décidais de faire de la Rotonde, un gâteau d’anniversaire. Une photo de la fontaine avec de vrais morceaux de musiciens dedans était initialement prévue… hors budget !!!

Les Concerts d'Aix 2004

/ / /  Les Concerts d’Aix & Les Samedis Musicaux : : :  festival de musique lyrique et spectacles musicaux jeune public, Aix-en-Provence  / / / saison 2004/2005. . . . . . . .
+ + + + + + + + + + + + + +  Création de l’identité visuelle  + + + +  affiche  + + + +  Cart’com  + + + +  programme  / / /
Une friandise. Le plaisir. La dégustation. Une touche de fraîcheur (pour un festival qui débute en pleine canicule). Seul petit bémol, le diapason ne donne pas le LA, fiché en une substance molle et fondante…

/ / /  Les Concerts d’Aix & Les Samedis Musicaux : : :  festival de musique lyrique et spectacles musicaux jeune public, Aix-en-Provence  / / /  saison 2005/2006 . . . . . . . .
+ + + + + + + + + + + + + +  Création de l’identité visuelle  + + + +  affiche  + + + +  plus de Cart’com  + + + +  programme  / / /
Aïe ! Là, ça se gâte… L’État « affine » la distribution de ses subventions, et la culture trinque, comme d’habitude. Les festivals, et autres manifestations culturelles, sont  de nouveau en danger. Nous, aux Concerts d’Aix, on serre les fesses. Les artistes programmés décident de maintenir leurs participations, mais à demi-tarif. J’en fais autant, et propose alors un visuel vide, éthéré : une ombre, un trou… nanti d’un slogan qui pointe le malaise, sans déranger pour autant le politiquement correct. Ça fait bien rire tout le monde, et on me donne le BAT. Le fichier part à l’impression et le client, une fois livré, fait une toute petite syncope. On avait juste oublié de me dire d’ôter la blague, posée, là, au milieu !!! Où quand culture, rime avec… sinécure !

/ / /  Les Concerts d’Aix & Les Samedis Musicaux : : :  festival de musique lyrique et spectacles musicaux jeune public, Aix-en-Provence  / / /  saison 2006/2007 . . . . . . . .
+ + + + + + + + + + + + + +  Création de l’identité visuelle  + + + +  affiche  + + + +  programme  / / /
Un bouquet d’archets, très compliqué à réaliser, surtout dans les délais. Quant au budget, ben… si vous vous souvenez de la saison précédente, c’est pas mieux !

/ / /  Les Concerts d’Aix & Les Samedis Musicaux : : :  festival de musique lyrique et spectacles musicaux jeune public, Aix-en-Provence  / / /  saison 2007/2008 . . . . . . . .
+ + + + + + + + + + + + + +  Création de l’identité visuelle  + + + +  affiche  + + + +  affiches programme  + + + +  programme  + + + +  plein d’autres choses  / / /
C’est la dernière année pour moi. Après 5 années de collaboration – dont 3, à demi-tarif ! – je déclinerai la « suivante », puisqu’il m’aurait fallu encore baisser de la moitié de la moitié. D’autant plus, que la charge de travail, ELLE, augmente au fil des ans : paperasse, invitations, déclinaisons d’affiches par interprète, multiples annonces « presse », sous multiples formats. J’ai beaucoup œuvré pour la culture « associative », soit, mais je ne peux me substituer à l’État, même si cela me navre. Exit, également, ma collaboration d’avec la jolie plume de Marie-Christine Bouillé, et… point final des « Concerts ». Je continue néanmoins à en recommander  la manifestation pour l’exotisme et la finesse de sa programmation.

/ / /  N’Heirs : : :  groupe de paradoxal Rock . . . . . . . .
+ + + + + + + + + + + + + +  recherches et création de l’identité visuelle  + + + +  cover du premier EP « Hooked on you »  / / /

/ / /  Prom Zee Art : : :  promotion et management d’artistes, Cavaillon . . . . . . . .
+ + + + + + + + + + + + + +   création de l’identité visuelle  / / /

Florence ROUGNY Graphiste / Designer protéiforme

Graphiste, de formation traditionnelle en expression visuelle et communication, elle intègre en 1992 le circuit professionnel en agence. Elle met sa vision artistique au service de multiples clients issus de tous horizons – culturel, associatif, institutionnel et multimédia – elle continue à gratter la toile, tordre le fer et échanger avec les muses de tous ordres, de toutes confessions créatrices. Jonglant indifféremment entre affiches, plaquettes, chartes graphiques, signalétique, et identité visuelle (de ses multiples intervenants) – Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Euromed Marseille Ecole de Management, CEA Cadarache, Université Aix-Marseille, DRAC PACA ou HARIBO – son neurone baladeur de création rapprochée continue néanmoins à œuvrer, grappiller de l’espace et faire des siennes. L’appétence au beau fixe, elle aborde également l’édition d’ouvrage d’Art, et tutoie les cils ténus de la reconnaissance en l’année 2001 (Une réalisation sur l’Architecte Fernand Pouillon lui vaut de recevoir le prix du meilleur ouvrage d’Architecture).